top of page

<  RETOUR 

EXPOSITION

au Musée Maritime du Québec

ESPACEment-Signature03LowRez.jpg

LE PROJET

ESPACEment rassemble une multitude de photos prises par l'artiste Jean-Sébastien Veilleux et le grand public sur les rives du fleuve Saint-Laurent. Ces photos constituent le cœur d’un projet de réalité augmentée activée à partir d'une borne installée dans le parc naval du Musée maritime du Québec, à l'Islet. Le visiteur, muni d'une visionneuse disponible à l'accueil du musée, pourra vivre une expérience immersive en bordure du fleuve Saint-Laurent.

EnteteESPACEmenSiteWeb24.png

LE CONCEPT

Scénarisé en période de pandémie, le projet se concentre sur le thème de l'espacement nécessaire pour contrer l'infection. L’artiste mesure la distance à l’œuvre entre le sentiment d’angoisse et la recherche d'interaction. Il positionne le visiteur au centre de cette tension entre menace et rapprochement et interroge l’expérience vécue en elle-même.

 

En utilisant l'imaginaire médiatisé à outrance et en le transposant autour d'une sphère représentant un environnement menaçant, Jean-Sébastien Veilleux amplifie le phénomène en créant de nouvelles sphères constituées de photos de matières polluantes. Celles-ci gravitent dans un mouvement constant autour d'un noyau, sorte de pivot fluvial.

 

Le visiteur, muni de sa visionneuse, accède à une dimension inédite qui lui permet d’interagir avec les sphères qui se déploient par contact, révélant ainsi les éléments photographiques qui les composent. Il peut s'approcher des sphères et les toucher du bout des doigts pour les ouvrir ou les fermer et découvrir ainsi la nature des objets photographiés et leurs lieux de provenance.

 

La sphère centrale propose une immersion à 360 degrés dans les eaux réelles du fleuve Saint-Laurent et révèle une autre facette de l'environnement fluvial.

 

La borne qui sert au déploiement de l'expérience de réalité augmentée 

 

  • Photos du mouvement incessant du fleuve imprimées sur des pastilles de bois de grève constitue de issus des milliers de photos collectées

  • Photo du paysage fluvial réel situé en arrière-plan de la borne et es photos montrent des fragments de matières polluantes dispersées le long des berges.

BorneESPACEment3DLR.png

S’INSPIRER D’UN PHÉNOMÈNE INSIDIEUX : l'impact des micro-plastiques

Jean-Sébastien Veilleux s'intéresse depuis longtemps à l'impact de la modernité sur l'environnement, notamment à travers les produits de consommation que l'on trouve le long du fleuve Saint-Laurent (VOIR AUTRE PROJET RÉALISÉ). Dans ce nouveau projet, il se concentre sur ce qu'il appelle les "petits oubliés", ces fragments de matière souvent négligés lors des activités de nettoyage et qui ont pourtant un impact considérable sur l’environnement.

 

Ces vestiges de notre quotidien se désagrègent sous l'effet des mouvements de l'eau et se transforment en microplastiques. Sensible à ce phénomène difficilement repérable à l'œil nu, l'artiste met le public en relation avec cette menace grandissante qui se propage dans nos assiettes. En effet, le fleuve Saint-Laurent est l'un des cours d’eau où la densité des microplastiques est la plus élevée au monde.

 

En s'inspirant de ce phénomène insidieux, le projet vise à sensibiliser le public aux enjeux de notre consommation et à encourager la prise de conscience environnementale. 

 

Pour plus d’informations sur les microplastiques, nous vous invitons à consulter les liens suivant

 

Vidéos concernant les micro-plastiques par fragmentation

> vidéo 01
> vidéo 02

Article du McGill

> A explorer www.dialogueaveclefleuve.xyz

LA STRUCTURE : La borne et sa constitution symbolique 

La structure qui sert d'encrage au déploiement du projet de réalité augmentée ESPACEment est composée d'un cylindre surmonté d'une sphère. Ces éléments et les images qu’ils génèrent contribuent à l'expérience de réalité augmentée in situ.

 

Sur la sphère, des photos imprimées sur des pastilles de bois de grève. Elles rappellent le mouvement incessant de la marée visible en surface du fleuve et toujours active en profondeur. 

 

L'ensemble du paysage cylindrique sur lequel sont rassemblées une portions issus des milliers de photos collectées constitue en fait le paysage fluvial réel situé en arrière-plan de la borne. Les photos montrent des fragments de matières polluantes dispersées le long des berges.

 

L'Islet et la présence de la croix dans le paysage ne sont pas étrangers au phénomène représenté. Pour l'artiste, mettre en évidence le lien entre la religion et l’anthropocène est une manière d'inviter le public à réfléchir sur la relation complexe que l'humain entretient avec la nature.

 

La borne et ses composantes physiques sont conçues pour devenir un point de référence pour l’expérience de réalité augmentée développée par le concepteur Jean-Sébastien Veilleux.

Vidéo au sujet de l'artiste:

BackgroundEspacemento1.jpg
bottom of page